abstracts

15.1 Jacques van Bockstaele, Maria van Bockstaele and Martine Godard-Plasman:
"Pour une observation de l'action in situ"


Dans les systèmes sociaux, l'observation de l'action appartient aux acteurs autant qu'aux observateurs. L'auto-observation des acteurs intègre les représentations qu'ils se font de leurs observateurs. Les politiques d'action sont marquées par ce jeu de réciprocités. La relation observateur-observé n'est centrale pour la recherche en sciences sociales qu'en raison de la dimension majeure de la relation intergroupe dans la vie en société.

La complexité des processus d'interaction rend difficile une observation directe de l'action en flux réel sans une hypothèse instrumentale, celle de la simulation.
Une exploration simulée des relations intra-intergroupes a été menée en laboratoire pour étudier les effets induits sur la cognition et le comportement dans des groupes expérimentaux. Les variables de cette expérience ont été transposées a des fins d'exploration clinique de l'action sous la forme d'une co-présence d'entités sociales en charge d'une tâche commune et de fonctions différenciées. Ce dispositif d'investigation a géneré des réactions cognitives et comportementales caracterisant un niveau d'analyse spécifique. Une double hypothèse théorique a été formulée : 1) celle d'une détermination sociale active de la cognition et des comportements dès lors que des relations intra-intergroupes sont finalisées, 2) celle d'une auto-délimitation dynamique des frontières du système concerné.

La construction d'une simulation clinique découle des propriétés des phenomènes et des processus sociaux d'être réproductibles (transfert) et d'être substituables (symboles). Elle a exigé de spécifier les composants, les processus et leurs interactions en acte qui, réunis, reproduisent une intentionalité collective du système visé, intentionalité mise en mouvement par une relation intergroupe finalisée. Le système couplé ainsi conçu explore le flux de l'action simulée qui se développe dans la simulation clinique, nommée socioanalyse.


Jacques van Bockstaele, Centre de Socioanalyse, 21, Rue de Javel, 75015 Paris, France. Email: bockstal@ccr.jussieu.fr



15.2 Jean-Yves Boullet and Claude Vautier:
"Production de solidarité et de démocratie: enjeu d'un système complexe d'action collective organisé au sein de la décentralisation politico-administrative"


Le parti pris théorique de notre approche est que le problème de la part des associations dans la production de solidarité peut se comprendre à travers l'analyse de l'action organisée et du jeu stratégique des acteurs intervenant dans cette production.

Nos hypothèses nous conduisent à poser que, dans le cours de ces interrelations, chaque acteur poursuit un ensemble de buts dont certains sont conformes à ceux qui sont affichés, et d'autres, simultanément sont orientés vers des objectifs qui sont propres à l'acteur lui-même, en termes de construction de son système d'action concret, de reproduction ou de renforcement de celui-ci, que ce système serve l'acteur en tant qu'individu (recherche de position personnelle) ou en tant que porteur d'un projet collectif, restreint à une catégorie de personnes (syndicat, groupe de pression...) ou plus large comme la défense de valeurs fondamentales (de la république, des droits de l'homme...).

Les stratégies ainsi mises en oeuvre produisent des effets dans les domaines de la solidarité et de la démocratie et dans celui, résultant, de la citoyenneté.

Ces effets, à leur tour, agissent sur les acteurs (leur configuration, leur organisation, leurs modes d'action) et sur les types de relations qui s'instaurent ou se ré-instaurent.

Nous sommes donc conduits à nous interroger sur les résultats obtenus par ce système d'action en termes de production de solidarité et de démocratie et sur les conditions de compatibilité et de régulation de ces deux objectifs.

En d'autres termes, prenant acte des effets de ce système téléonomiquement producteur de solidarité nous apprécierons l'équilibre émergent entre cette production de solidarité et la production de contrôle social.


Jean-Yves Boullet, Université des Sciences Sociales Toulouse 1, Place Anatole France, 31000 Toulouse, France


15.3 Torcuato Perez de Guzman:
"Les relations entre Micro- et Macrophenomenes dans les Systemes Sociaux"


The aim of this work is to examine and evaluate the contributions of some new approaches to the crucial sociological problem of relations between agency and structure - or, viewed in an systemic context, between members of a social system and the system itself, considered as context by their elements. Our concern is not why self-organization emerges (a puzzle similar to the mystery of life which obsessed Dr. Frankenstein), but rather how collective phenomena arise from the activity of individual elements and under what rules, and also how these collective phenomena lean on the individuals for their expansion, stabilization, decay or extinction. Given the immense amount of literature produced on these subjects, our intention is to concentrate on a selection of new and/or peripheral contributions, i. e. not yet fully assumed by any significant sector of sociocyberneticians. Thus, we will evaluate the presumable worth and deficiencies of: (1) some rather culturalist approaches (algorithms of the diffusion of beliefs, the theory of memetics); (2) a group of approaches based on physical rules (self-organized criticality, a certain type of computer social simulations and specially the case of cellular automata). Our conclusions refer to the effect that these approaches may have as irritants and dynamic factors for the morphogenesis of sociocybernetics, and also to the perspectives of complementarity and synergy between them.


Torcuato Perez de Guzman, Cirilo Amorós 30, 46004 Valencia, Spain. E-mail: torcuato@uv.es



15.4 Magoroh Maruyama:
"Hétérogenistique"


Les points essentiels de l'hétérogénistique sont:
(1) L'Hétérogénéité de types épistémologiques individuels existe dans chaque groupe social ou culturel. Elle existe même si le groupe ne contient pas d'immigrants ou d'étrangers: Elle est intrinsèque et indigène dans chaque groupe socialement ou ethniquement "pur".
(2) Un type épistémologique quelconque, qui se trouve dans un groupe social ou culturel, se trouve également dans les autres groupes sociaux ou culturels: c'est-à-dire que les types épistémologiques sont en même temps individuels et transculturels (tandis que les théories établies les considèrent comme "subculturels").
(3) Les différences culturelles ou sociales sont dues à la domination qu'un type épistémologique exerce sur les autres par divers moyens (suppression, influence, modification, exploitation, inattention, etc).
(4) Les individus des types non-dominants utilisent des stratégies variées pour se débrouiller en face du type dominant: (a) niches pour éviter le mainstream dominant; (b) se déguiser; (c) alternance intentionnelle entre soi-même et faisant semblant d'être du type dominant; (d) refoulement réversible de leurs propres types dans l'inconscient; (e) refoulement irréversible; (f) aliénation; (g) révolte; (h) émigration.
(5) La solution sociale est d'établir "equal opportunity" éducationelle et vocationnelle pour les types nondominants.
(6) L'identité personelle (ego identity) n'est plus "une chose" comme d'être Irlandais ou Norvégien, mais elle consiste en création de combinaisons individuellement uniques comprenant des éléments hétérogènes compatibles au type épistémologique propre, y compris des éléments étrangers.
L'hétérogénistique est plus réaliste et pratique que le postmodernisme, dont l'interactionisme symbolique et le constructionisme psychologique ont abouti à une homogénéité dans l'intérieur de chaque groupe et à la distantiation entre les groupes.



Magoroh Maruyama, Aomori Graduate School, Aomori Koritsu Daigaku, Goushizawa Yamazaki 153-4, Aomori City, 030-01 Japan.





15.5 Francisco Entrena:
"Social Structure as an Analytic Model: A Systemic Focus"


Like the notion of system, the notion of social structure has long been accepted in the evolution of sociological thought, and it is complex and polysemic. Some scholars tend to identify this notion with the structure through which social order and the image of the society under analysis are reproduced. However, others, including the author, consider this structure to be a mere analytical model built by the social researcher with the aim of addressing the study of the vast, complex and ever-changing web of relations existing in any society. This model is here conceived as a social construction on the part of the researcher which shows how he or she behaves as a social actor to impose order on or systemize the complexity of the social reality with the aim of understanding and analyzing it. In accordance with this idea, the author has built a three-fold analytical model of social structure with a systemic focus consisting of socio-economic, politico-institutional and symbolic-cultural dimensions, as a theoretical framework on which, in the present globalization circumstances, to carry out a study of the macro-social structures and their dialectic and reflexive relationships with the real, micro-social world of people's daily lives in which these are experienced.


Francisco Entrena, Department of Sociology, University of Granada, 18071 Granada, Spain. Email: fentrena@goliat.ugr.es




first page
sessions program






If you want more information, please contact Felix Geyer. Secretary


Your comments about these pages Chaime Marcuello. webmaster
created: June 10,1998